Lettre à un futur voyageur

J’ai commencé à répondre à un ami qui m’avait demandé quelques conseils et points de vu afin de préparer son voyage. Je me suis dit qu’après environ 9 mois de voyage, cela serait intéressant de partager avec vous cette réponse.


 Justin, je sais pas trop par où commencer pour t’aider, je vais faire de mon mieux.

Concernant mes préparatifs, j’ai fait une petite erreur me concernant, c’est de ne pas m’équiper principalement avec du matériel de trek. Au cours de mon voyage, je me suis rendu compte que c’est ce que j’apprécié le plus. J’ai donc dût me ré-équiper ou compléter mon équipement. Or les produits importés sont assez cher en Amérique du Sud. Le mieux aurait été de le faire en France, avant de partir.

Aujourd’hui, je voyage avec deux sac à dos, un gros et un petit:

  • Le gros, c’est un sac de trek, j’ai pris un 45+10L de marque deuter que j’ai acheté au Brésil, la plus part des voyageurs prennent plus grand, entre 60 et 80 litres.
    Dans tous les cas, je te conseille un bon sac de trek si tu ne veux pas te détruire le dos. C’est aussi plus pratique qu’une valise si tu quittes les grandes villes pour des bleds paumés. Le plus petit tu prendras, le moins tu emmèneras de choses inutiles. C’est une règle de randonneur. Donc tu devra sélectionner un peu plus tes affaires à emmener, tu auras un sac plus léger.
  • Le petit, l’équivalent d’un sac à dos de lycée. C’est pratique pour les ballades d’une journée dans une ville ou pour les bus de longue distance. J’y mets mes affaires les plus importantes, genre passeport, argents, appareils électroniques.
    Attention, c’est aussi celui que tu seras le plus susceptible de te faire voler. Les voleurs savent quoi prendre…

Pour les vêtements, je n’ai pratiquement que des affaires de trek ou de sport. Ils ont pour avantage d’être légers et sèchent rapidement. Par contre, ils sont généralement plus chers. J’ai déjà perdu une journée de voyage à cause d’un jean qui ne voulais pas sécher, cela m’a servi de leçon.

Pour les chaussures, j’ai fait au plus simple. Je n’aime pas l’idée de porter mes paires de pompe, donc je ai seulement une paire de chaussure de randonnée et une paire de tong. La plupart des voyageurs ont aussi une paire de tennis correct pour sortir le soir. Cependant, la tenue n’est pas vraiment un problème pour rentrer dans un bar ou une boite de nuit en Amérique du Sud.

Pour finir avec le matériel, je me suis pris une tente et le nécessaire pour camper. C’est ce qui pèse le plus lourd dans mon sac à dos. J’utilise pas mal la tente pour mes treks ou dans les campings qui peuvent aussi considérablement réduire ton budget logement.
Si tu comptes faire quelques treks, le minimum que je te conseille est un petit sac de couchage qui pourra te servir à d’autres occasions.

Concernant, le budget, le Brésil, le Chili et l’Argentine sont les pays les plus chers. En voyageant en bus, en allant dans les hostel parmi les moins chers, en cuisinant de temps en temps et en faisant quelques activités touristiques, j’en ai pour plus de 1000 euros par mois.

De manière générale, avant de voyager en Amérique du Sud, je te conseille d’apprendre l’espagnol si ce n’est pas déjà fait.
Ici, la culture est accessible, plus encore si parle la langue du pays. Tu auras un contact différent avec la population. Je l’ai vu au fur et à mesure que mon espagnol s’est améliorer. Si tu fais le Brésil, l’espagnol reste un atout. Argentins et brésiliens communiquent en portugnol, un mixte entre du portugais et de l’espagnol.
Si tu comprends l’espagnol, qu’un brésilien fait l’effort de te parler lentement, ça se comprend à peu prêt. J’ai fait le Brésil sans parler ni espagnol ni portugais, c’est assez dur mais ça se fait aussi.

Pour le moment, voici les pays que j’ai visité:

  • Brésil:
    • Les gens sont d’une manière général très accueillants. Je me suis retrouvé perdu à Rio dans la première semaine, 3 personnes sont directement venues m’aider bien alors qu’on ne pouvait pas se parler! L’un deux m’a même accompagné jusqu’à l’endroit où je voulais aller, tout en me faisant la conversation en portugais. J’ai rien compris, mais l’intention y était!
    • Paradoxalement, c’est le pays où je me suis le moins senti en sécurité. Le troisième jour de mon voyage, je me suis fait courser par un adolescent torse nu avec un couteau. Heureusement, j’étais plus rapide :). Certains quartiers peuvent être dangereux, mais normalement ça saute aux yeux. Fais confiance à ton instinct et ton sens de l’observation, et si le coin ne te plait pas, fait demi-tour.
    • La gastronomie est presque inexistante, mais la culture intéressante et chaleureuse. Plus tu iras dans le Nord, plus la différence culturelle se fera sentir. 
    • Pays le plus cher d’Amérique du sud. Le Nord est la partie la moins cher.
  • Bolivie:
    • Les gens sont distant, il y a une grande différence culturelle ainsi qu’une grande pauvreté. J’ai un peu eu la sensation d’être un porte-monnaie monté sur patte.
    • Côté sécurité, je ne me suis pas senti en danger. A noter tout de même un système de vol organisé assez bien ficelé, avec faux policiers et faux taxi. Si tu as besoin d’un taxi, demande à ton hostel. Évites de suivre un policier sans uniforme dans une voiture banalisé ou un taxi.
    • Côté nourriture, prépares toi à l’intoxication alimentaire. C’est le baptême de la chiasse obligatoire pour tous les touriste. Même si la nourriture n’est pas folle, ils ont une identité culinaire intéressante à connaitre. Les paysages sont bluffants, il y a le lac Titikaka, le salar d’Uyuni, la « deathroad », des chemins incas à faire en trek… De quoi s’amuser.
    • Pays le moins cher d’Amérique du sud.
  • Paraguay:
    • Les paraguayens m’ont paru assez proche des brésiliens. Accueillants et toujours prêts à te rendre service.
    • Côté sécurité, le pays est réputé dangereux. J’ai pas trop d’avis sur le sujet vu que j’ai fait principalement la rivière. Par contre, c’est évident que le trafic de drogue est courant sur place.
    • Côté tourisme, passes ton chemin si tu n’as pas beaucoup de temps. Il n’y a rien d’organisé pour les touristes. J’y ai improviser un trip en kayak avec un pote australien, la meilleure partie de mon voyage.
    • Les prix se rapprochent de ceux de Bolivie, un peu plus cher.
  • Argentine:
    • La culture la plus proche de la notre. Culturellement, c’est mon préféré car je me sens proche des gens. Les argentins sont très accueillants, tu te sens rapidement faire parti d’un groupe. Ils ont cependant cette distance supplémentaire en comparaison du brésil qui les rend plus proche de notre façon d’être. Ils ont aussi cette habitude de tout partager, mate, fernet, nourriture… 
    • Côté sécurité, je ne me suis jamais senti en danger.
    • Il y a 10 milles trucs à faire. Pour le moment je suis en Patagonie, j’adore. Sinon, c’est le seul pays où j’ai vraiment ressenti une identité et une fierté culinaire. Il y a Mendoza et Cafayate si tu veux goûter les vins locaux.
    • Côté finance, cela dépend d’où et quand tu iras. Dans le nord, les prix sont peu élevés. Dans le sud, en Patagonie, cela peut être très cher. Contrairement aux autres peuples que j’ai rencontré, les argentins voyagent. La Patagonie est blindée entre janvier et mars. Le prix pour une nuit en hostel peu dépasser les 20 euros. D’où l’utilité de la tente par exemple.

Comment je m’organise, ou plutôt comment je ne m’organise pas:
La plupart du temps, je demande des conseille aux voyageurs ou aux locaux pour savoir quoi visiter dans les différents pays, où dormir, comment voyager… Pour les grands pays comme le Brésil et l’Argentine, je me suis tracé des itinéraires globaux sur des cartes.
Je ne réserve rien. Ni bus, ni hostel. Je n’ai jamais était pris au dépourvu. Au pire, j’ai attendu quelques heures dans une gare, mais rien de trop long.
Je n’ai rien préparé avant de partir.

Argent:
Je te conseille de partir avec deux cartes de crédit, une visa et une master.
Quand tu te promènes dans la rue, évites de sortir avec tes papiers, tes cartes, de grosses sommes d’argent et des équipements électroniques qui valent chers. Laisses les dans les casiers des hostels si tu peux.
Si tu sors avec un peu d’argent, je te conseille de répartir dans deux endroits. Un peu dans ta poche ou ton porte monnaie. Le reste dans un poche intérieure, ou secrète, ou dans une chaussette.
Si tu te fais voler, tu donnes ton porte monnaie et tout le monde est content.
Pour les papiers, sors avec des photocopies.

De manière générale:
J’aime particulièrement voyager seul, sans plan fixe et sans réservation. Ainsi, je suis plus susceptible de rencontrer des gens, si je les apprécie, je continue avec eux. Le plus de flexibilité tu te donneras, le plus tu apprécieras ton voyages.

Pour finir, je te conseille aussi de te limiter concernant le nombre de pays que tu vas visiter.
C’est mon point vu, mais je n’aime pas l’idée de sauter d’un point touristique à un autre.
Je pense que comme ça, tu rates facilement une grande partie de la culture, tu ne rencontres pas la population local, ou uniquement celle qui travaille pour le tourisme.
Sors de sentier battus par le guide du routard et lonely planet, va vers les locaux et les voyageurs. Les deux pourront t’éguiller pour savoir où aller.  Le plus tu t’éloigneras des spots touristiques, le plus tu auras d’occasions d’avoir de vrais échanges avec les habitants du pays.

Laisser un commentaire